Daskor
Le site de la littérature bretonne
Brezhoneg
English
Français


LA DISJONCTION


HORS PHRASE DISJONCTEUR PHRASE (dont verbe)
PHRASE (dont verbe) HORS PHRASE
Acte 2

À QUOI ÇA SERT ?

La disjonction doit vous paraître plus embêtante qu'autre chose. Elle complique singulièrement la construction des phrases négatives, ça c'est vrai. Mais elle ne s'applique pas seulement aux phrases négatives, puisque nous avons vu que la simple petite virgule est un disjoncteur. En fait, c'est dans les phrases affirmatives que la disjonction peut être utile.

Utile à quoi ? Rappelez-vous, nous avons dit que le verbe se trouve toujours en deuxième position, mais qu'il est possible de contourner cette règle. Comment ? Eh bien, grâce à la disjonction ! Il suffit de mettre une virgule pour exclure – et donc ne pas compter – ce qu'on veut mettre « en trop » avant le verbe. Celui-ci se retrouve de facto en troisième voire en quatrième position, et le tour est joué...

Si vous ne voyez pas où je veux en venir, voyez le schéma ci-dessous :


UN ÉLÉMENT
(hors phrase)
VIRGULE UN ÉLÉMENT
(dans la phrase)
VERBE

Si cela vous paraît encore bien abstrait, reprenons notre exemple fétiche, et vous verrez tout de suite de quoi l'on parle :


C.O.D.
(hors phrase)
VIRGULE SUJET
(dans la phrase)
VERBE, etc.
Kemper
(hors phrase)
, Meven
(dans la phrase)
a spurmant anezhi
Quimper
(hors phrase)
, Meven
(dans la phrase)
aperçoit d'elle
= l'aperçoit

Tiens ! Mais que vient faire ici la préposition conjuguée anezhi ? Rappelez-vous : tout ce qui se trouve avant la virgule est exclu. Le C.O.D. Kemper se trouve avant la virgule, donc il est exclu. Mais le verbe spurmant a absolument besoin d'un C.O.D., car on aperçoit forcément quelque chose, alors on rappelle Kemper à l'aide d'une préposition conjuguée.

Quelle préposition ? Rappelez-vous encore : lorsque le verbe ne demande pas de préposition particulière, on a affaire à un C.O.D. et on emploie la préposition a conjuguée (ac'hanon, ac'hanout, anezhañ, anezhi...). En revanche, lorsque le verbe demande une préposition particulière, on a affaire cette fois à un C.O.I. et on garde cette préposition particulière conjuguée, comme dans l'exemple suivant :


C.O.I.
(hors phrase)
VIRGULE SUJET
(dans la phrase)
VERBE, etc.
Kemper
(hors phrase)
, Meven
(dans la phrase)
a sell outi
Quimper
(hors phrase)
, Meven
(dans la phrase)
regarde d'elle
= la regarde

Nous avons vu dans une précédente leçon que nous pouvons parfaitement nous passer de sujet. Voici donc l'ordre C.O.D. + C.O.I. :


C.O.D.
(hors phrase)
VIRGULE C.O.I.
(dans la phrase)
VERBE, etc.
an teñzor
(hors phrase)
, da Sterenn
(dans la phrase)
e roont anezhañ
le trésor
(hors phrase)
, à Meven
(dans la phrase)
ils donnent de lui
= ils lui donnent

Une tournure assez fréquente consiste à placer deux adverbes en tête de phrase :


ADVERBE
(hors phrase)
VIRGULE ARVERBE
(dans la phrase)
VERBE, etc.
emichañs
(hors phrase)
, bremaik
(dans la phrase)
e troc'hint an ed
sans doute
(hors phrase)
, bientôt
(dans la phrase)
ils couperont le blé

Nous n'allons pas dresser la liste de toutes les combinaisons possibles, sinon il nous faudrait des heures, et d'ailleurs il ne vous faudra que quelques minutes pour réussir l'exercice suivant :



EXERCICE 4 : COURT-CIRCUITER LE VERBE



Cet exercice sert seulement à vérifier si vous avez bien compris que la disjonction permet de contourner la règle selon laquelle le verbe se place en deuxième position. Rappelez-vous : ce qui se place avant la virgule est exclu de la phrase.

1 Soit le nom an avel qui signifie le vent et verbe skourjezañ (base verbale skourjez-) qui signifie fouetter. Comment dit-on Meven, le vent le fouette ?
2 Soit le nom ar raktres qui signifie le projet et le verbe birvilhañ (base verbale birvilh-) qui signifie s'enthousiasmer. Comment dit-on le projet, c'est pour lui qu'ils s'enthousiasmaient ?
3 Soit les adverbes marteze qui signifie peut-être et laouen qui signifie volontiers, et soit le verbe displegañ (base verbale displeg-) qui signifie expliquer. Comment dit-on peut-être que c'est volontiers qu'ils expliqueront ?
4 Soit l'adverbe moarvat qui signifie certainement et le verbe diskouez (base verbale diskouez-) qui signifie montrer. Comment dit-on certainement, c'est à Sterenn qu'ils montreront ?
5 Soit le complément de lieu e Landreger qui signifie à Tréguier et le verbe mouzhat (base verbale mouzh-) qui signifie bouder. Comment dit-on Meven, c'est à Tréguier qu'il bouda ?
6 Soit le nom an dud et an archerien qui signifient les gens et les gendarmes, et soit le verbe doujañ (base verbale douj-) qui signifie redouter. Comment dit-on les gens, c'est les gendarmes qu'ils redoutent ?



ATTENTION !

Si vous avez bien compris l'intérêt de la disjonction, alors vous avez aussi compris que tout repose sur la simple petite virgule, fragile, si fragile... Sous les climats rigoureux, la ponctuation est rigoureuse, ainsi en russe, ainsi en allemand... mais sous les climats plus changeants, la ponctuation est plus changeante, ainsi en anglais, ainsi en français... Hélas ! L'influence de la ponctuation française se fait sentir sur la ponctuation bretonne. Sachez-le : il arrive que la virgule ne soit pas mise et que l'on fasse comme si.




association Daskor Breizh
36, rue Basse, 29600 Morlaix
contact@daskor.bzh