Daskor
Le site de la littérature bretonne
Brezhoneg
English
Français



SUJET + VERBE + COMPLÉMENT


SUJET VERBE COMPLÉMENT
Acte 3

SATISFAIRE TOUTES LES DEMANDES

Nous avons vu jusqu'ici des verbes qui n'ont demandé aucune préposition particulière : nous avons dit Meven a spurmant Sterenn pour c'est Meven qui aperçoit Sterenn, par exemple. Dans ce cas, le complément est un complément d'objet direct ou C.O.D.

Toutefois, il arrive que des verbes demandent une préposition particulière. C'est déjà le cas en français avec compter sur, s'attendre à, passer pour, essayer de... et c'est peut-être encore plus fréquent en breton avec sellout ouzh (regarder), diskenn gant (descendre), kregiñ e (saisir), c'hwitañ war (rater), par exemple.

Dans ce cas, le complément n'est plus un complément d'objet direct ou C.O.D. mais un complément d'objet indirect ou C.O.I. Notez que l'opposition entre le C.O.D. et le C.O.I. n'est pas toujours la même en breton et en français puisque, si prenons l'exemple de sellout ouzh (regarder), le breton demande un C.O.I. alors que le français demande un C.O.D.

Vous avez sans doute remarqué que nous aimons beaucoup les schémas, alors on va vous en faire un de plus :


Meven a spurmant Ø Sterenn C.O.D.
a sell ouzh C.O.I.

Voilà en ce qui concerne les noms. Qu'en est-il des pronoms ? Nous avons vu que nous pouvons remplacer le pronom personnel complément par la préposition a conjuguée : Meven a spurmant anezhi signifie alors Meven aperçoit d'elle c'est-à-dire Meven l'aperçoit (elle).

Nous n'avons alors qu'à remplacer la préposition a par la préposition demandée : si nous reprenons l'exemple sellout ouzh (regarder), on ne dit pas Meven a sell ac'hanon, ac'hanout, anezhañ... mais Meven a sell ouzhin, ouzhit, outañ... Le schéma devient alors le suivant :


Meven a spurmant anezhi Ø C.O.D.
a sell outi C.O.I.

Le tableau ci-dessous vous donne la conjugaison des prépositions que les verbes demandent le plus souvent, c'est-à-dire ouzh, gant, e et war :


OUZH (à) GANT (avec) E (dans) WAR (sur)
je ouzhin ganin ennon warnon
tu ouzhit ganit ou ganez ennout warnout
il outañ gantañ ennañ warnañ
elle outi ganti enni warni
nous ouzhimp ganeomp ennomp warnomp
vous ouzhoc'h ganeoc'h ennoc'h warnoc'h
ils ou elles outo ou oute ganto ou gante enno ou enne warno ou warne

Si nous reprenons encore une fois l'exemple sellout ouzh (regarder), et la phrase Meven a sell... (c'est Meven qui regarde...), cela nous donne les formes suivantes :


Meven a sell... ouzhin Meven me regarde
ouzhit Meven te regarde
outañ Meven le regarde
outi Meven la regarde
ouzhimp Meven nous regarde
ouzhoc'h Meven vous regarde
outo ou oute Meven les regarde
  1. Il arrive que certains verbes n'aient pas le même sens selon qu'on les emploie avec ou sans préposition : ainsi, le verbe kemmañ, puisque kemmañ seul signifie changer alors que kemmañ diouzh signifie différencier de, par exemple.
  2. Il arrive aussi que certains verbes n'aient pas le même sens selon la préposition avec laquelle on les emploie : ainsi, le verbe stagañ, puisque stagañ ouzh signifie attacher à alors que stagañ da signifie commencer, par exemple.
  3. L'usage n'est pas toujours très sûr de lui, et il arrive que certains verbes aient le même sens avec plusieurs prépositions : ainsi, le verbe skeiñ, puisque skeiñ war, skeiñ ouzh et skeiñ gant signifient tous frapper, par exemple.
  4. L'usage est parfois influencé par le français, et c'est bien souvent la préposition ouzh qui en fait les frais : ainsi, le verbe komz (parler) s'entend parfois avec la préposition da alors qu'il se construit normalement avec la préposition ouzh, par exemple.
  5. Les prépositions ouzh, gant et war ont un composé diouzh, digant et diwar pour indiquer le sens opposé : ainsi, au verbe tostaat ouzh (s'approcher de) correspond le verbe pellaat diouzh (s'éloigner de), par exemple.


EXERCICE 3 : OUZH, GANT, E, WAR...


Cet exercice sert seulement à vérifier si vous avez bien compris qu'il faut conjuguer la bonne préposition : on n'emploie pas a mais ouzh, gant, e ou war dans les exemples suivants.
1 Soit le verbe stekiñ ouzh (base verbale stok-) qui signifie heurter. Comment dit-on c'est vous qui les heurtez ?
2 Soit le verbe kregiñ gant (base verbale krog-) qui signifie commencer. Comment dit-on c'est Sterenn qui les commencera ?
3 Soit le sinistre verbe kregiñ e (base verbale krog-) qui signifie saisir. Comment dit-on c'est eux qui nous saisiront ?
4 Soit le verbe komz ouzh (base verbale komz-) qui signifie parler à. Comment dit-on c'est Meven qui lui parla (à elle) ?
5 Soit le verbe pignat gant (base verbale pign-) qui signifie monter. Comment dit-on c'est Sterenn qui les monterait (on y croit) ?
6 Soit le verbe skeiñ war (base verbale sko-) qui signifie frapper. Comment dit-on c'est toi qui les frapperait (on n'y croit pas) ?
7 Soit le verbe soñjal e (base verbale soñj-) qui signifie penser. Comment dit-on c'est eux qui pensaient à nous ?
8 Soit le verbe sentiñ ouzh (base verbale sent-) qui signifie obéir à. Comment dit-on c'est toi qui leur obéira ?
9 Soit le verbe goulenn digant (base verbale goulenn-) qui signifie demander à. Comment dit-on c'est nous qui leur demanderons ?
10 Soit le verbe c'hoarzhin ouzh (base verbale c'hoarzh-) qui signifie rire de. Comment dit-on c'est moi qui rirai de vous ?
11 Soit le verbe c'hwitañ war (base verbale c'hwit-) qui signifie rater. Comment dit-on c'est eux qui vous ratèrent ?
12 Soit le verbe fiziout e (base verbale fizi-) qui signifie se fier à. Comment dit-on c'est vous qui vous y fierez (à lui) ?






association Daskor Breizh
36, rue Basse, 29600 Morlaix
contact@daskor.bzh