Daskor
Le site de la littérature bretonne
Brezhoneg
English
Français


SUJET + VERBE

SUJET VERBE
Acte 3

DANS LA PRATIQUE...

Avant toute chose, rappelons encore une fois que si l'on met le sujet en première position, c'est pour insister sur ce sujet, et que me a lavar se traduit donc déjà par c'est moi qui parle. Ceci dit, sachez aussi que l'on peut encore « surinsister » en mettant an hini eo ou plutôt eo (c'est) après le sujet, et que me eo a lavar se traduit alors par c'est vraiment moi qui parle.

C'est une tournure assez fréquente et dont on abuse même de plus en plus aujourd'hui. A vrai dire, beaucoup n'emploient pas eo parce qu'ils veulent « surinsister » sur le sujet, mais plutôt parce qu'ils calquent leur phrase bretonne sur la phrase française. Pas bien... Quoi qu'il en soit, permettez-moi tout de même de « surinsister » pour que vous fassiez l'exercice ci-dessous :



EXERCICE 3 : COMMENT INSISTER ?


Cet exercice sert seulement à vérifier si vous avez bien compris que eo se place entre le sujet et le verbe. Rappelez-vous : on dit me eo a lavar et non eo me a lavar, me a lavar eo....
1 Soit le verbe lenn (base verbale lenn-) qui signifie lire. Comment dit-on c'est toi qui liras ?
2 Soit le verbe skubañ (base verbale skub-) qui signifie balayer. Comment dit-on c'est lui qui balayait ?
3 Soit le verbe redek (base verbale red-) qui signifie courir. Comment dit-on c'est eux qui coururent ?
4 Soit le verbe splujañ (base verbale spluj-) qui signifie plonger. Comment dit-on c'est Meven qui plongerait (on y croit) ?
5 Soit le verbe noazañ (base verbale noaz-) qui signifie nuire. Comment dit-on c'est elles qui nuiraient (on n'y croit pas) ?
6 Soit le verbe neuñvial (base verbale neuñv-) qui signifie nager. Comment dit-on c'est Sterenn qui nage ?



UN DERNIER DÉTAIL À RÉGLER…

Ne partez pas ! Il reste encore un dernier détail à régler. Nous savons maintenant qu’une particule a se glisse entre le sujet et le verbe. En fait, cette particule se prononce rarement et ne s'écrit pas toujours : me a c'hoari se prononce et/ou s'écrit alors me ’c'hoari.

C'est ainsi mais, même dans ce cas, le fantôme de la particule contamine certaines consonnes qui suivent. Ce n’est pas le cas du c'h de c'hoari, mais c’est le cas du k de kouezhañ (base verbale kouezh-) qui signifie tomber : on ne dit pas *me a kouezh mais me a gouezh.

Voici la liste des consonnes concernées :

koll- K > G me a goll
tremen- T > D me a dremen
pleg- P > B me a bleg
gortoz- G > C'H me a c'hortoz
gwel- Gw > W me a wel
debr- D > Z me a zebr
barn- B > V me a varn
mesk- M > V me a vesk

Ajoutons que deux consonnes sont contaminées à l'oral, mais pas à l'écrit :

sell- S > S [Z] me a sell [zell]
chom- CH > CH [J] me a chom [jom]

Ce phénomène extrêmement ancien (on le retrouve dans toutes les langues celtiques) s'appelle la mutation. Il existe d'ailleurs plusieurs sortes de mutations. Celle-ci s’appelle l’adoucissement, et nous aurons l'occasion de la revoir dans beaucoup d’autres cas.

Encore un exercice, donc, et c'est fini.



EXERCICE 4 : LE RÈGNE DES MUTANTS


Cet exercice sert seulement à vérifier si vous avez bien compris le mécanisme des mutations. Rappelez-vous : la particule a peut disparaître (nous la remplaçons alors par une apostrophe) mais, même dans ce cas, elle peut contaminer la consonne suivante.
1 Soit le verbe krenañ (base verbale kren-) qui signifie trembler. Comment dit-on c'est eux qui tremblent ?
2 Soit le verbe morediñ (base verbale mored-) qui signifie somnoler. Comment dit-on c'est lui qui somnolerait (on y croit) ?
3 Soit le verbe deskiñ (base verbale desk-) qui signifie apprendre. Comment dit-on c'est Sterenn qui apprendra ?
4 Soit le verbe trevariañ (base verbale trevari-) qui signifie déraisonner. Comment dit-on c'est moi qui déraisonnerait (on y croit) ?
5 Soit le verbe berviñ (base verbale berv-) qui signifie bouillir. Comment dit-on c'est lui qui bouillit ?
6 Soit le verbe gervel (base verbale galv-) qui signifie appeler. Comment dit-on c'est Meven qui appelle ?
7 Soit le verbe pesketa (base verbale pesketa-) qui signifie pêcher. Comment dit-on c'est nous qui pêcherions (on n'y croit pas) ?
8 Soit le verbe gwrachellañ (base verbale gwrachell-) qui signifie se ratatiner. Comment dit-on c'est toi qui te ratatine ?
9 Soit le verbe diskenn (base verbale diskenn-) qui signifie descendre. Comment dit-on c'est elles qui descendront ?
10 Soit le verbe marc'hata (base verbale marc'hata-) qui signifie marchander. Comment dit-on c'est lui qui marchandait ?
11 Soit le verbe gwiriañ (base verbale gwiri-) qui signifie vérifier. Comment dit-on c'est lui qui vérifie ?
12 Soit le verbe tec'hel (base verbale tec'h-) qui signifie fuir. Comment dit-on c'est nous qui fuirons ?






association Daskor Breizh
36, rue Basse, 29600 Morlaix
contact@daskor.bzh